Haute-Loire Infos.fr
Haute-Loire Infos.fr > Actualités > Tence : 400 personnes pour soutenir FIMA...

Tence : 400 personnes pour soutenir FIMA...

Les salariés des menuiseries FIMA se sont rassemblés samedi devant la mairie de Tence, pour sensibiliser l’opinion publique aux menaces qui planent dans l’entreprise. 400 personnes ont répondu à l'appel de Force Ouvrière. C’est vendredi que le tribunal de commerce de Douai  se prononcera sur le sort de la société placée en redressement judiciaire...

 

Dans le chef lieu de canton, bon nombre de commerces ont fermé leur rideau en signe de solidarité aux salariés de l'entreprise FIMA, placée en redressement judiciaire. Ceratins ont placardé l’affichette d’appel au rassemblement. Les manifestants, souvent venus en famille de tout le plateau, ont compris que des licenciements chez FIMA, auraient des répercussions sur leurs commune, les services publics, les écoles, et le tissu économique. Nombre de militants de l’Union Départementale FO, ont aussi fait le déplacement pour soutenir leurs collègues. Tous les conseils municipaux du Haut Lignon ont délégué leurs représentants. Parlant au nom des élus, la conseillère générale du canton, Jacqueline Decultis, a assuré les salariés de chez FIMA de leur solidarité, expliquant que tous intervenaient pour obtenir une solution de reprise qui maintienne les emplois. Elle a remercié les représentants du personnel de leur sens de la responsabilité. C’est Laurent Gibert, délégué syndical FO chez FIM qui a pris la parole au nom des salariés : " Aujourd’hui FIMA est la plus grosse entreprise du plateau. Notre groupe a été placé en redressement judiciaire depuis le mois de juin. C’est vendredi 28 septembre que le Tribunal de Commerce de Douai doit prendre une décision sur notre avenir. A l’heure où je parle, deux projets de reprise sont connus : l’un garde tout le personnel à Tence, l’autre prévoit 27 licenciements. Merci à tous d’être venus. Grâce à votre présence nous sommes plus forts pour faire pencher le plateau de la balance dans notre sens ". Les manifestants ont ensuite fait le tour de Tence en scandant « Un repreneur, oui ! Les licenciements, Non ! » Dès ce lundi, des rencontres ont été calées avec les repreneurs .