Haute-Loire Infos.fr
Haute-Loire Infos.fr > Actualités > Le Puy : Des altiligériens veulent défendre les droits des pères...

Le Puy : Des altiligériens veulent défendre les droits des pères...

Deux altiligériens participeront à la journée nationale de manifestation organisée ce mercredi à Nantes par l'association SVP Papa pour les droit des pères. Ils font partis de la Fédération " 1 enfant 2 parents " qui a vue le jour dans le département en novembre 2012, et qui milite pour la médiation parentale. Elle a suivi de près le combat mené par Serge Charnay du haut de la grue sur laquelle il est resté plusieurs jours, un homme qu'elle connaît bien, car il a des attaches dans la région de Brioude...

 Après avoir passé 4 jours sur une grue à Nantes pour revoir son fils qui lui a été retiré par la justice, Serge Charnay est redescendu sur la terre ferme lundi. la Fédération " 1 enfant 2 parents " a suivi cet épidode de près, elle connaît bien Serge Charnay, puisqu'il a des attaches dans la région de Brioude. Jean-Marc Ghitti l'a créé en novembre 2012, il est également le délégué départemental de l'association " Sos papa ", fondée en 1990 à l'échelon national. Lors d'un entretien avec la presse, il a expliqué mardi que de nombreuses démarches avaient été engagées depuis dix ans pour défendre les droits des pères confrontés à une séparation conjugale " Au Puy, depuis des dizaines d'années les pères lésés par les décisions du tribunal ne parviennent pas à se faire entendre ". Il a expliqué que la Fédération qu'il préside a reçue le soutien de Laurent Wauquiez, et qu'une entrevue avec Mme Ferreira, la présidente du tribunal du Puy était programmée le 6 mars prochain. Elle souhaite avoir des contacts avec la magistrature, mais aussi des associations qui viennent en aide aux papas confrontés aux droits de garde des enfants, et sollicite aujourd'hui un rendez-vous auprès de Christiane Taubira, Garde des sceaux. Elle va également contribuer à l'organisation de la " Marche des pères " prévue le 9 juin à Paris " Faute d'être entendu par les autorités judiciaires, faut-il faire des actions spectaculaires pour faire comprendre une chose aussi simple que le droit de l'enfant à être élevé par ses deux parents, même après un divorce, comme le stipule la convention internationale des droits de l'enfant pourtant ratifiée par la France ? ". La Fédération réclame, on l'a compris, l'égalité des chances des parents devant le juge, ainsi que des solutions de garde plus équilibrées. Elle cherche à développer la médiation familiale et la déjudiciarisation des conflits. Elle a d'ailleurs de bons contacts, dans ce sens, avec la CAF et l'UDAF. Pour faire connaître son existence, et ses revendications, elle n'a pas hésité mardi à hisser une banderolle sur la fontaine du Breuil.