Haute-Loire Infos.fr
Haute-Loire Infos.fr > Actualités > Jean-Marie Bolliet : " L'avenir de l'hôpital n'est pas à l'hôpital "...

Jean-Marie Bolliet : " L'avenir de l'hôpital n'est pas à l'hôpital "...

" Ouverture, performance et confiance "… Ce sont les mots utilisés par Jean-Marie Bolliet, le directeur du centre hospitalier Emile-Roux, lors des vœux qu’il a formulé il y a quelques jours au personnel de l’établissement, en précisant qu’il était l'un des rares de la région à être à l'équilibre. Il en a profité pour évoquer les projets qui allaient voir le jour dans les mois à venir.

Voici l’interview qu’il nous a accordée :

Haute-Loire Infos : Où en est le projet de pôle intergénérationnel freiné par l'ARS ?

Jean-Marie Bolliet : La construction du pôle intergénérationnel ne pouvait pas démarrer car il y avait des phases d'étude, et le contentieux qui nous a lié à l'ARS s'est déroulé sur celles-ci. L'année 2015 a vu le dépôt du permis de construire, la finalisation des études et le déploiement des réseaux, des études de destruction, et de mise au point du projet. Nous n'avons pas encore signé le projet définitif dans toute la finesse des détails, nous allons le faire sur le mois de janvier, mais entre temps, les travaux de destruction vont démarrer, étant donné que la phase contentieuse est en train de s'éteindre petit à petit. La première contestation du projet portait sur la récusation architecturale de la construction d'une crèche et d'une morgue dans un espace de maison de retraite. On a considéré qu'effectivement pour des raisons d'existence de coexistence qu'une morgue dans un EHPAD était peut-être mal venue, et donc nous avons décidé de supprimer cette morgue de l'espace intergénérationnel, mais nous conservons la petite enfance, la construction de la crèche. C'est un très beau projet, qui, en règle générale, est plutôt primé et soutenu par les autorités de tutelle, et salué par le ministre. Nous allons débuter les travaux en mars ou en avril, et nous les finirons à la fin 2017.

Haute-Loire Infos : Quelles sont les leçons que vous tirez de la panne d'électricité de décembre dernier ?

Jean-Marie Bolliet : L'anticipation des crises est toujours une source de réussite lorsque la crise advient. Nous avions rédigé et revisité de nombreuses fiches de réactions deux semaines avant la crise. Nous avions loué des groupes électrogènes en prévention, vue que depuis un mois et demi nous connaissions des difficultés au niveau de l'électricité. Donc le premier enseignement que l'on peut tirer, c'est que le fait d'anticiper c'est réussir la gestion d'un événement de crise. Le second, c'est très certainement que nous allons améliorer la supervision du circuit électrique, de la qualité de ses critères, pour essayer de déceler d'où peut véritablement venir l'origine du disfonctionnement de décembre 2015, étant entendu, qu'à l'heure où je vous parle, seul le changement de paramètre opéré par un agent ERDF, peut nous expliquer l'impossibilité de notre bâtiment chirurgico médical à rejoindre le circuit EDF en décembre. On est toujours dans cette forme de questionnement, et nous avons eu un échange avec ERDF, et nous avons bon espoir qu'il aboutisse à la couverture de nos frais engagés durant la crise.

Haute-Loire Infos : Comment le CHER va t-il anticiper l'avenir pour mieux se positionner dans le paysage hospitalier, et mieux être reconnu ?

Jean-Marie Bolliet : L'organisation d'un territoire de santé depuis son centre sanitaire névralgique est une évidence aujourd'hui. Au sein du futur groupement hospitalier de territoire, l'établissement support aura et sera sur le feu des exigences de coordination, d'organisation, pour les budgets des établissements respectifs en soient allégés, et qu'au total, tout celà soit fait au bénéfice des patients. Demain la télémédecine, les consultations avancées, le fait que nos chirurgiens opèrent même sur d'autres sites hospitalier comme à Brioude, sera très certainement un des ferments d'une organisation unie des parcours de soins rénovée en Haute-Loire.

Haute-Loire Infos : Quel visage aura l'hôpital dans quelques années ?

Jean-Marie Bolliet : Je serai tenté de vous dire que l'avenir de l'hôpital n'est pas à l'hôpital. L'avenir de l'hôpital comme tout à chacun l'espère et le souhaite, c'est d'abord d'être soigné chez soi. Ce n'est pas une uthopie, aujourd'hui aux Etats-Unis, c'est un précepte qui vaut véritablement acte de foi dans les prises en charge hospitalières. Tout le mouvement hospitalier français aujourd'hui, que ce soit l'augmentation de la chirurgie ambulatoire, qui permet de venir de moins en moins à l'hôpital, en tous les cas d'y rester de moins en moins, tourne autour de cette idée, du fait que l'hôpital va être un lieu dans lequel des soins plus techniques qu'hier, plus rapides qu'hier, et de manière plus nombreux qu'hier, vont être dispensés. L'augmentation des technologies, l'augmentation des sciences et des connaissances en termes de thérapeuties médicales va certainement accompagner ce mouvement. Plus la santé va devenir performante, et moins l'obligation de rester longtemps à l'hôpital va être le coeur de parfois  des séjours qui sont un peu longs.