Haute-Loire Infos.fr
Haute-Loire Infos.fr > Actualités > Des routes départementales entretenues en Haute-Loire…

Des routes départementales entretenues en Haute-Loire…

Le Président du Département, Jean-Pierre Marcon, accompagné de Joseph Chapuis, Vice-président en charge des routes, et des conseillers départementaux et élus locaux, s’est rendu mercredi dernier sur un chantier d’enduit routier entre Vals-le-Chastel, Saint-Didier-sur-Doulon et Berbezit. L’occasion de porter un coup de projecteur sur les mesures prises par le Département pour préserver et sécuriser les routes en Haute-Loire…

Le Département intervient chaque année pour préserver et sécuriser les routes en Haute-Loire. Il en a été question mercredi dernier lors du déplacement du président Jean-Pierre Marcon sur le chantier d’enduit routier entre Vals-le-Chastel, Saint-Didier-sur-Doulon et Berbezit. Il était accompagné de Joseph Chapuis, Vice-président en charge des routes, et des conseillers départementaux et élus locaux.

Près de 8 millions d’Euros à ces travaux de sécurité et de préservation du patrimoine…

Les 3 400 km du réseau routier départemental représentent 18 millions de m². Le Département, gestionnaire de ce réseau, renouvelle chaque année près de 310 km soit 1.750 millions de m². Il consacre près de 8 millions d’Euros à ces travaux de sécurité et de préservation du patrimoine. Chaque année, 40 à 50 km sont revêtus d’un tapis d’enrobé bitumineux. Cette technique revenant à 15 €/m² permet de renforcer la structure et de réduire l’impact sonore. Elle est utilisée en agglomération et sur les chaussées à fort trafic poids-lourd comme la RD 906 entre La Chaise-Dieu et Sembadel. Sur la grande majorité des chantiers, le Département met en œuvre des enduits superficiels. Cette technique, six fois moins coûteuse que les enrobés, permet de redonner à la chaussée étanchéité et adhérence. Elle est, également, moins consommatrice en granulats, ressource non renouvelable. Si le principe est très simple : épandage d’une couche de colle (un liant à base de produits bitumineux) suivi d’un épandage de gravillons, le process est assez complexe quant aux formulations exactes et aux dosages précis mais surtout quant au temps de maturation de l’ensemble. En effet, si la chaussée peut être ré-ouverte à la circulation très rapidement après l’épandage, il faut plusieurs jours d’une circulation « non agressive » pour que chaque granulat trouve sa place définitive et que la colle achève complètement sa prise. Enfin, l’excédent de granulat est aspiré 1 à 2 semaines après l’application.

Les chantiers doivent impérativement se dérouler l’été…

Une bonne réussite du chantier demande, outre les études préalables de composition et de dosage des éléments, une bonne maîtrise des conditions de température, d’hydrométrie et des sollicitations mécaniques à la réalisation et dans les jours qui suivent celle-ci. C’est pourquoi, les chantiers doivent impérativement se dérouler l’été, avec une garantie quant à la température du support, des granulats et sur une période sèche de quelques dizaines d’heures après l’application. Il est vrai que la période propice à ce type de chantiers est aussi celle où les vacanciers sont nombreux sur nos routes, et les donneurs d’ordre, les entreprises chargées de l’application sont attentives à informer les usagers des raisons de ces désagréments et des adaptations de conduites nécessaires. En effet, les automobilistes sont attentifs sur les routes en cours de travaux aux risques de projection de gravillons qui endommagent facilement carrosseries ou pare-brise. Ils doivent également être vigilants aux risques de dérapage pendant toute la période où les gravillons ne sont pas complètement collés au support. 95 % des chantiers d’enduit superficiel seront réalisés par une équipe d’agents du Département entre le 15 avril et la fin août pour les derniers 5 % le département a fait appel à des entreprises. Sur un chantier moyen, l’équipe utilise une balayeuse, 2 répandeuses de liant, 6 camions gravillonneurs et 2 compacteurs. Chaque jour, l’équipe répand 40 à 60 t de liant, près de 400 t de gravillons et recouvre 20 à 30 000 m² de chaussée, soit jusqu’à 6 km de route. Les températures extrêmement élevées provoquent de nombreux dégâts sur les routes départementales sous la forme de ressuage (remontée de bitume qui recouvre les gravillons). Pour les usagers, on remarque des « flaques » de bitume puis l’arrachement de la couche de roulement. Ce phénomène affecte plus particulièrement les chaussées récentes d’un à deux ans dont les conditions climatiques après la réalisation n’ont pas permis le « murissement » de l’enduit. Le trafic lourd accélère les dégradations qui peuvent être irrémédiables. Aujourd’hui, il n’existe qu’une solution quand le ressuage est constaté. Il faut répandre des gravillons pour bloquer la remontée du liant et éviter les arrachements qui rendraient les réparations lourdes et coûteuses.

Il appartient aux usagers d’avoir une conduite apaisée…

Pendant les périodes de ressuage et de gravillonnage, le Département met en place la signalisation adaptée mais il appartient aux usagers d’avoir une conduite apaisée pour garantir leur sécurité et éviter de dégrader la couche de roulement. Le programme et les routes concernés sur la semaine sont publiés sur le site Internet du Département et fournis chaque semaine aux médias. La campagne d'enduits pour 2017 est terminée. En 2018, la signalisation sera renforcée par des panneaux de communication positionnés en début de chantier.