Haute-Loire Infos.fr
Haute-Loire Infos.fr > Actualités > Une manif contre l'austérité et les bas salaires...

Une manif contre l'austérité et les bas salaires...

Une journée de manifestation interprofessionnelle unitaire a été organisée mardi au Puy-en-Velay, à l'appel de l'intersyndicale pour exiger "une meilleure répartition des richesses", et dire non à l'austérité, au chômage et aux bas salaires...

 

Les responsables syndicaux ont une nouvelle fois pointé du doigt le plan du gouvernement destiné à réduire le déficit de la France, un plan qu'il juge injuste et inéquitable, car il pénaliserait une fois de plus les salariés et retraités, les assurés sociaux, et les jeunes " C'est inacceptable, il n'est pas question de payer pour ceux qui portent la responsabilité de la situation, à savoir les banques et la finance ! ". Ils estiment que le projet de retraite à 67 ans est une nouvelle provocation, et ils exigent un certain nombre de revendications : l'augmentation des salaires, des retraites et des minima sociaux, avec un minimum de 200 euros pour tous, l'arrêt des suppressions d'emplois et des licenciements, et l'embauche en CDI, la suppression de toutes les exonérations de cotisations sociales, et la défiscalisation des heures supplémentaires, la suppression de la taxe sur les complémentaires santé, le retour à la retraite à 60 ans, car ils estiment que le projet de retraite à 67 ans de François Fillon est une véritable provocation.

 

L'intersyndicale estime pourtant que les richesses existent. Elle dénonce pêle-mêle " 17 milliards d'euros d'exonérations fiscales et sociales, deux milliards d'euros de cadeaux aux plus riches par la suppression de l'ISF, 210 milliards d'euros de dividendes versés en 2010 par les entreprises non financières mais aussi les 750 milliards d'euros fournis par les états européens pour sauver les systèmes financiers ". Le secrétaire général de l'Union Départementale CGT 43 Alain Eyraud estime que sans les services publics, amortisseurs de la crise reconnus par tous, la France serait peut être dans le même état que la Grèce. 

 

 

Photo d'archives.