Haute-Loire Infos http://www.hauteloireinfos.fr le site d'informations de toute la Haute-Loire. Le journal en ligne du 43, Le Puy, Brioude, Yssingeaux <![CDATA[VIDAL : LA RELEVE ASSUREE A SAINT-JULIEN CHAPTEUIL&HELLIP;]]> http://www.hauteloireinfos.fr/vidal--la-releve-assuree-a-saint-julien-chapteuil-a4036-haute-loire-infos.html.

Chez les Vidal, à Saint-Julien Chapteuil, la cuisine est une passion qui se transmet. Aurélien, le fils de Jean-Pierre et Chantal est au piano depuis octobre 2016 après une solide formation et plus de 10 ans d’expérience en France et à l’étranger. Il y apporte une note de fraîcheur et de créativité. Aurélie Moulin, sa compagne, chef pâtissière, s’occupe des desserts…

Haute-Loire Infos : Qu’est-ce qui t’as donné envie de faire ce métier ?

Aurélien Vidal : Depuis tout petit, c’était une évidence. Mes parents m’ont sollicité à faire ce métier très jeune. Depuis l’âge de 8 ans je suis en cuisine.

Haute-Loire Infos : Quel a été ton parcours avant de rejoindre le restaurant familial ?

Aurélien Vidal : J’ai commencé en bas de l’échelle, en faisant le travail de peluches des légumes, en passant par la plonge. Au fil du temps, j’ai gravi les échelons, et j’ai commencé à préparer des entrées, des plats chauds, et des desserts. Je suis allé ensuite au lycée hôtelier de Saint-Chély d’Apcher en Lozère. Une fois que j’ai obtenu mes diplômes je suis allé travailler à Paris, en tant que commis au Ritz. Ensuite je suis allé chez Lameloise en Bourgogne où j’ai terminé en tant que chef de partie pour le poisson. Entre temps, j’ai fait également l’ouverture du château Couffour de Serge Viera. Je me suis rendu ensuite chez Michel Guérard, dans les Landes, après avoir fait une saison à L’Atelier d’Edmond, chez Benoit Vidal. A l’étranger, j’ai eu l’occasion de travailler à Londres, chez Ducasse, avant de revenir cher Michel Guérard. Je suis parti ensuite aux Etats-Unis, pour peaufiner un petit peu mon anglais, car c’est très important aujourd’hui dans la restauration.

Haute-Loire Infos : Tu aurais pu imaginer exercer ton métier ailleurs qu’à Saint-Julien Chapteuil ?

Aurélien Vidal : Quand j’ai commencé mon apprentissage, ce n’était pas une évidence de revenir ici. Quant aux travaille chez les autres on doit répondre aux ordres qui nous sont donnés. Au bout d’un moment on a envie de pouvoir s’exprimer librement, et de travailler les produits que l’on a envie, c’est pour cela que je suis revenu chez mes parents. J’ai eu envie d’avoir des responsabilités, et d’apporter une touche un peu plus moderne et un peu plus végétale dans les plats proposés aux clients.

Haute-Loire Infos : Quels sont les plats que tu préfères préparer ?

Aurélien Vidal : J’aime bien utiliser des produits du terroir dans mes plats, comme par exemple le boudin. J’aime bien prendre des produits de base, et les mettre en valeur. J’aime bien également décliner le choux fleur sur plusieurs formes. Je fais par exemple une purée de choux fleur caramélisée avec des petits copeaux pour le croquant. Pour cela j’utilise tout le légume, sans rien gaspiller. On peut marier cette purée avec un rouget, par exemple. En ce qui me concerne, j’ai plus de facilités avec le poisson qu’avec la viande. Je n’oublie pas le pâté croûte qui est ma spécialité, depuis les récompenses que j’ai reçues en 2011 et en 2017 à l’occasion des championnats du monde qui ont été organisés, et auxquels j’ai participé.

Haute-Loire Infos : Quels sont les produits que tu affectionne le plus ?

Aurélien Vidal : On a des produits extraordinaires dans notre région, et des producteurs passionnés. J’adore travailler le cochon, car cela permet d’obtenir différentes textures. Alors bien sûr, il y a la lentille verte du Puy. On travaille également l’agneau noir du Velay avec nos cousins de Lantriac. Il y a le veau des Monts du Velay, sans oublier le Fin gras du Mézenc, où les volailles d’Antoine Coffy. C’est important pour moi d’avoir une proximité avec les fournisseurs avec lesquels on travaille tout au long de l’année, et une certaine complicité. On est en quelque sorte le tiret d’union entre le produit et le client !

Haute-Loire Infos : C’est difficile de travailler aux côtés de sa compagne ?

Aurélien Vidal : Non, pas du tout ! On s’entend super bien, et on n’a pas besoin de se parler en cuisine. Elle réalise des desserts de pâtissier, et non pas de cuisinier, avec des notes très légères et peu sucrées. C’est important en fin de repas. Elle m’épaule énormément, et je sais que je peux compter sur elle lorsque je suis absent.

Haute-Loire Infos : Comment vois-tu évoluer ton métier dans les prochaines années ?

Aurélien Vidal : C’est une bonne question, car on s’aperçoit qu’il y a de moins en moins de monde qui veut faire ce métier-là. Il faut être passionné et travailler le week-end. C’est de plus en plus compliqué de trouver des jeunes qui ont envie de faire ce métier. Je n’ai pas trop réfléchi à cela, au fait de s’organiser pour la suite. C’est une question à méditer…

 

Le fameux pâté en croûte qui a permis à Aurélien Vidal d'être récompensé...

]]>
Tue, 28 Jan 2020 00:00:00 GMT
<![CDATA[LES SALARIES DE SES OCCUPENT L'USINE DE SAINT-PAL-DE-MONS...]]> http://www.hauteloireinfos.fr/les-salaries-de-ses-occupent-l-usine-de-saint-pal-de-mons-a4041-haute-loire-infos.html.

Les salariés de Stefany Emballages Services occupnt l'usine de Saint-Pal-de-Mons en opposition aux conditions dans les lesquelles s'opère la reprise de la société. La moitié d’entre eux pourraient, en effet, se retrouver au chômage. Ils souhaitent que le tribunal de commerce revoie sa copie...

Il risque d’y avoir deux fois moins d’employés à l'entreprise Stefany Emballages Services de St-Pal-de-Mons. C’est ce que craignent les salariés qui ont appris le rachat de l’usine par Leygatech. C’est une mauvaise nouvelle pour l’emploi pour la CGT « Ce n’est pourtant pas la faute du syndicat CGT et des salariés qui ont assuré le fonctionnement normal de l’entreprise, malgré les menaces qui pesaient sur leur avenir. Depuis plus de 6 mois nous tirons les sonnettes d’alarmes. Ce choix est d’autant plus surprenant qu’une autre offre de reprise sans licenciement et avec un projet de développement existait. Ce choix nous interroge, comme il interroge la majorité des salariés et la municipalité. Le choix d’industriels locaux qui, sur le secteur, font fi du droit du travail passe avant l’emploi et nous le regrettons ». Il n’a aucun fondement ni industriel ni social, pour le syndicat qui s’interroge « Le tribunal de commerce a-t-il cédé aux pressions d’industriels et de Politiques locaux au détriment de l’avenir des salariés et de l’entreprise ? ». En attendant de savoir à quelle sauce ils vont être mangés, les salariés restent très déterminés. Ils ont décidé d'occuper le site jusqu'à nouvel ordre, et ils demandent un recours supplémentaire afin que le tribunal de commerce revoie sa copie.

 

]]>
Thu, 30 Jan 2020 00:00:00 GMT
<![CDATA[UN SERVICE DES FINANCES PUBLIQUES AU PUY-EN-VELAY&HELLIP;]]> http://www.hauteloireinfos.fr/un-service-des-finances-publiques-au-puy-en-velay-a4038-haute-loire-infos.html.

Gérald Darmanin, Ministre de l’Action et des Comptes publics et Olivier Dussopt, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Action et des Comptes publics, ont présidé mercredi le comité de sélection des collectivités qui accueilleront des services des finances publiques actuellement localisés dans les grandes métropoles. Aux termes de cette réunion, une première liste de 50 collectivités qui présentent toutes les caractéristiques recherchées a été retenue. La commune du Puy-en-Velay en fait partie…

Un appel à candidatures avait été lancé le 17 octobre 2019 auprès des collectivités locales qui souhaitent accueillir des services de la Direction Générale des Finances Publiques (DGFIP) actuellement situés en Île-de-France et dans les grandes métropoles. 408 collectivités, présentes dans 84 départements et représentatives de nos territoires, ont répondu à cet appel, dont le Puy-en-Velay.

Les critères de sélection définis…

Les Ministres ont confié l’examen des dossiers à un comité interministériel auquel ont également participé les organisations syndicales. Réuni à trois reprises, ce comité a été chargé d'analyser les dossiers présentés au regard de critères de sélection qu’il a formalisés. Ces critères portaient à la fois sur la situation sociale et économique du territoire, son attractivité, la qualité des solutions immobilières proposées et enfin les conditions d'accueil des agents des finances publiques. Le comité de sélection a également examiné ces candidatures en prenant en compte l'équilibre du territoire et les effectifs de la DGFiP. Aux termes de la dernière réunion du comité, dont les Ministres ont présidé la séance du 29 janvier, une première liste de 50 collectivités qui présentent toutes les caractéristiques recherchées pour accueillir des services de la DGFIP a été retenue. Parmi elles, le Puy-en-Velay. D’autres communes seront sélectionnées au printemps 2020 pour une seconde vague de déconcentration.

Des opérations de localisation en région dès 2021…

Les opérations de localisation en région commenceront dès 2021. Les services administratifs concernés seront en charge de missions de gestion. La nature exacte des services concernés de la DGFIP, leur dimensionnement, ainsi que le calendrier détaillé des opérations seront précisés dans un second temps en fonction de l’avancée des concertations avec les représentants du personnel. Ces opérations feront l’objet d’un accompagnement RH exemplaire afin de tenir compte des attentes des agents volontaires concernés. A cette occasion, Gérald Darmanin a déclaré « Cette démarche s'inscrit dans l'objectif fixé par le Président de la République et le Premier ministre de rapprocher les administrations de nos concitoyens. C’est une des réponses à la crise de confiance envers l’État de populations éloignées des grandes agglomérations, qui tient notamment à la disparition de certains services publics. Localiser dans les territoires un service actuellement situé dans une grande métropole ne fait que des gagnants. Les communes sélectionnées accueilleront une nouvelle activité. Les agents, sur la base du volontariat, qui peinent à se loger dans les grandes métropoles et font parfois 2h de transport par jour pour se rendre sur leur lieu de travail pourront bénéficier d’une meilleure qualité de vie. Quant à l’administration, elle occupera des locaux moins chers que dans les grandes métropoles ».

]]>
Wed, 29 Jan 2020 00:00:00 GMT
<![CDATA[UNE BONNE NOUVELLE POUR LE CONTOURNEMENT DES BARAQUES...]]> http://www.hauteloireinfos.fr/une-bonne-nouvelle-pour-le-contournement-des-baraques-a4034-haute-loire-infos.html.

Le député de Haute-Loire, Jean-Pierre Vigier, a interpellé le Gouvernement mardi lors des Questions orales sans débat à l’Assemblée nationale, afin d’évoquer les crédits d’études et travaux concernant le contournement des Baraques. Des crédits d’études seront inscrits dans le CPER actuel, lequel sera prolongé jusqu’en 2022, permettant la réalisation des études nécessaires…

Le député de Haute-Loire, Jean-Pierre Vigier, a demandé à Emmanuelle Wargon, Secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, de bien vouloir confirmer que les crédits d’études et les travaux concernant le contournement des Baraques seront bien inscrits au prochain Contrat de Plan Etat-Région (CPER). Une demande qui fait suite à ses différentes interventions auprès de la Ministre des Transports lui demandant de confirmer l’engagement des crédits nécessaires au lancement des études de contournement, alors que les acquisitions foncières nécessaires sont déjà réalisées. La Secrétaire d’Etat a répondu positivement à la question, en annonçant que les crédits d’études seront inscrits dans le CPER actuel, lequel sera prolongé jusqu’en 2022, permettant la réalisation des études nécessaires. Ensuite, le financement des travaux sera étudié dans le cadre des débats relatifs à la future contractualisation des mobilités, avec une concertation locale sur les priorités régionales, et entrera en vigueur en 2023, soit dans le prochain CPER « Les habitants de Haute-Loire le savent bien : le contournement des Baraques, qui s’inscrit dans le prolongement de la déviation du Puy-en-Velay, est une nécessité à plusieurs égards : en raison d’une circulation importante, la traversée de ce lieu-dit est devenue très dangereuse pour les riverains. D’autre part, les nuisances sonores et la pollution nuisent à la qualité de vie des habitants », estime Jean-Pierre Vigier qui se réjouit de cette annonce, mais qui se montrera très attentif et vigilant à la suite des annonces gouvernementales.