Imprimer cette pageEnvoyer à un ami WIKIOFACEBOOKTECHNORATTIDELICIOUS


28 juillet

Chaise-Dieu : L'interview de Jean-Michel Mathé...


Après neuf années passées à la direction du Festival de musique de la Chaise-Dieu, précédées de onze ans de bénévolat, le directeur Jean-Michel Mathé a décidé de quitter l’équipe d’organisation. Il a en effet accepté de reprendre la direction du Festival international de Besançon. Nous en avons profité pour lui poser quelques questions sur la décision qu’il a prise, et les souvenirs qu’il garde de son aventure en Haute-Loire…

Haute-Loire Infos : Quelles sont les raisons pour lesquelles vous avez décidé de partir ?

 

Jean-Michel Mathé : Après neuf années intenses et enrichissantes, j’ai eu le sentiment de commencer à avoir une relation trop fusionnelle avec le festival, et peut-être le sentiment d’être moins entendu parfois, sur les projets et l’avenir de La Chaise-Dieu. Sur un plan plus personnel, après 11 ans à Lyon, puis  9 ans à La Chaise-Dieu, je pense que c’était le moment que je me remette en question. A partir du moment où je ne voulais pas rester toute ma carrière ici, j’ai attendu que la situation de l’association soit stabilisée après l’arrivée de Jacques Barrot en 2009, et me suis dit qu’il fallait partir à un moment où le Festival se porte bien. Des opportunités, voire des sollicitations, se sont présentées depuis quelques mois, et j’ai pris ma décision.

 

Haute-Loire Infos : Avez-vous le sentiment d’avoir rempli toutes vos missions ?

 

Jean-Michel Mathé : Sans prétention ni fausse modestie, je pense avoir globalement rempli mes missions, et peut-être un peu au-delà, en faisant évoluer le festival encore plus loin que ce qui m’avait été demandé… Répertoire, artistes, projets pédagogiques, ouvertures vers de nouveaux publics, communication, travail en réseau (régional, national et international), je suis plutôt fier de l’évolution des choses, qui ont été possibles grâce à l’équipe des permanents, les bénévoles, les partenaires, et bien sur l’association , son conseil d’administration et Jacques Barrot, je les remercie tous avec émotion.

 

Haute-Loire Infos : Quels sont les meilleurs souvenirs que vous garderez en tête ?

 

Jean-Michel Mathé : Des souvenirs très variés me reviennent… Le plus ancien c’est en août 1991, quand je suis arrivé en bus à La Chaise-Dieu, avec ma valise, découvrant l’abbatiale, rencontrant Guy Ramona, les bénévoles, et me laissant emporter par la magie des concerts, comme « Jeanne au bûcher » d’Honegger, ou plus tard le Requiem de Fauré par Michel Corboz. Un autre temps fort, en 2003, dès mon premier mois comme directeur, quand plus de 500 personnes ont manifesté sous une pluie battante leur soutien et leur amour du Festival, menacé par les grèves et manifestations. Plus récemment, l’inauguration de l’Auditorium Cziffra, une belle réussite. Et tant d’autres souvenirs encore, concerts, rencontres, évènements comme le 40e festival et sa mise en lumière…

 

Haute-Loire Infos : Quel est votre plus grand regret ?

 

Jean-Michel Mathé : J’ai peu de regrets, j’ai eu la chance d’avoir une équipe formidable et des partenaires qui m’ont généralement entendu et compris. Je regrette quand même les circonstances dans lesquelles Guy Ramona, et certains de ses proches, ont quitté cette aventure après avoir beaucoup donné d’eux-mêmes.

 

Haute-Loire Infos : Quel avenir présagez-vous au Festival de la Chaise-Dieu ?

 

Jean-Michel Mathé : Je pense que La Chaise-Dieu est à la croisée des chemins. Une chance formidable s’offre à elle de restaurer les bâtiments, revaloriser le patrimoine, mais il faut aussi faire vivre ce lieu, de manière ambitieuse, cohérente mais aussi raisonnée et adaptée. La réflexion sur ce point n’est pas aboutie, j’espère que les acteurs de ce projet saurons prendre les bonnes orientations.

 

Haute-Loire infos : Qu’est-ce qui vous attire dans vos nouvelles fonctions ?

 

Jean-Michel Mathé : Mes nouvelles fonctions au « Festival international de Besançon Franche-Comté » me permettront de réunir mon expérience de l’organisation d’un festival, et ma passion pour le monde de l’orchestre symphonique. En effet, le Festival se double tous les deux ans d’un passionnant Concours international de chefs d’orchestres, avec des partenariats en Chine, au Japon, en Allemagne, au Canada,… et la collaboration de très grands orchestres. Une belle aventure artistique, pour laquelle j’espère là aussi apporter mon regard tout en assurant la continuité d’une institution encore plus vénérable que celle de La Chaise-Dieu, puisque Besançon en est déjà à sa 65e édition…

 

Retour
Soumettre votre annonce >>
bon coin
Vends vétements garçon 3 et 4 ans
trés bon état (marques : orchestra, sergent major, creeks...) et beaucoup de choix
Divers

Tout le bon coin [+]