Imprimer cette pageEnvoyer à un ami WIKIOFACEBOOKTECHNORATTIDELICIOUS


28 janvier

Des liens renforcés entre les enseignants et la justice...


Une rencontre a été organisée lundi au Tribunal du Puy dans le cadre de la convention relative à la prévention et à la lutte contre la délinquance qui a été signée le 12 juillet 2013 entre l'Inspection Académique et l'autorité judiciaire. Elle a permis de faire le point sur le rôle que doivent avoir les enseignants confrontés à des violences ou des délits au sein de leurs établissements. Que ce soit pour des comportements à risques ou des délits majeurs, ils sont invités à faire un signalement auprès du Conseil général qui gère la protection de l'enfance, ou auprès du Parquet, dès lors que la justice est susceptible d'être saisie...

Vols de téléphones portables, rackets, usage de stupéfiants, violences verbales, physiques ou sexuelles, absentéismes répétés...Les enseignants sont invités à signaler les faits dont ils sont témoins au sein de leurs établissements, auprès du service de la protection de l'enfance du Conseil général, ou auprès de la justice si le cas est nécessaire. Une pré-alerte vaut mieux qu'une situation qu'on laisse traîner, a t-on expliqué lors de la rencontre organisée lundi au tribunal du Puy avec les chefs d'établissements et les enseignants, à l'initiative du Procureur de la République et de l'Inspecteur d'Académie. La concention qui a d'ailleurs été signée le 12 juillet 2013 entre la justice et l'Education Nationale va dans ce sens, elle a pour but de favoriser les échanges, dans le cadre de la prévention et la lutte contre la délinquance. La loi de refondation de l'Ecole prévoit la dynamisation du dialogue et des collaborations entre tous les partenaires associés à la réussite éducative des enfants scolarisés. En Haute-Loire également, il y a chaque année des comportements d'élèves qui méritent un signalement. L'an dernier par exemple, 114 élèves ont fait l'objet de situations préoccupantes, il y a 4 signalements effectués auprès du Procureur, et  3 mineurs ont été incarcérés pour des faits délictuels. Les principales infractions relevées en milieu scolaire peuvent concerner des violences aux personnes, des atteintes sexuelles, des vols, des dégradations, le transport d'armes, et bien sûr la consommation et la vente de stupéfiants. A travers la convention signée entre la justice et l'Education Nationale, on privilégie une étroite collaboration entre le milieu enseignant, les services de la protection de l'enfance et l'autorité judiciaire. Celà permet de mieux traiter la délinquance en milieu scolaire. Il existe aussi un référent " sécurité-école " pour chaque école ou établissement scolaire du second degré, c'est un fonctionnaire de police ou un militaire de la gendarmerie qui endosse le rôle. En cas d'urgence, ou de maltraitance physique grave, ou de suspicion d'abus sexuels, les signalements sont effectués directement pas fax au Procureur de la République, et pour certaine décisions il peut saisir le juge des enfants. Les chefs d'établissements sont ensuite informés des suites données à une affaire en particulier. Et comme le département est de petite taille, il est plus facile de gérer les problèmes rencontrés en milieu scolaire...C'est en tous les cas ce qui a été dit lors de la rencontre organisée au tribunal du Puy.

Retour
Soumettre votre annonce >>
bon coin
studio meublé sans charges
proximité gare et quartier de la poste : studio meublé et équipé sans charges Loyer 265 euros/mois électricité et eau compris
Locations / Ventes

Tout le bon coin [+]