Imprimer cette pageEnvoyer à un ami WIKIOFACEBOOKTECHNORATTIDELICIOUS


12 février

Enseignants : Faible mobilisation au Puy contre la réforme...


A l'appel de plusieurs organisations syndicales, les enseignants du primaire et du secondaire ont été appelés à faire grève ce mardi en Haute-Loire, dans le cadre de la journée d'action nationale contre le projet de loi de refondation de l'école. Un peu moins de 200 personnes hostiles aux réformes annoncées par Vincent Peillon, le ministre de l'Education Nationale, ont défilé dans les rues du centre-ville. Une faible mobilisation liée, entre autre, aux intempéries...

Au Puy-en-Velay, comme dans de nombreuses autres villes en France, les enseignants hostiles au projet de réforme de Vincent Peillon, se sont fait entendre mardi matin dans les rues de la ville, dans le cadre d'une journée d'action nationale lancée par la FNCE FP FO, Sud Education, CGT Education et SNUIPP/FSU. La mobilisation était plutôt faible, puisqu'un peu moins de 200 personnes ont répondu à l'appel des organisations syndicales. Il faut dire que la météo n'était pas de la partie. Les enseignants ne veulent pas du projet de loi de refondation de l'école initié par le gouvernement, et demandent l'abrogation du décret sur les rythmes scolaires. Ils dénoncent également les effets de la territorialisation, le transfert des compétences aux collectivités territoriales, un baccalauréat remplacé par des contrôles continus élaborés localement, le manque de moyens, et l'absence de négociations.  La liste à l'encontre des griefs à l'encontre de la réforme de l'école est longue.

Les militants syndicaux attendent du ministre de l'Éducation nationale qu’il retire son projet de loi et fasse marche arrière quant au décret de réforme des rythmes scolaires. Selon eux, plusieurs points du texte, comme le transfert aux régions de la prise en charge de la formation professionnelle, menacent directement des emplois dans le bassin du Puy-en-Velay « La mise en concurrence des lycées pro avec les CFA revient à privatiser l’enseignement professionnel : avec 3 500 places annoncées à Bains, pour seulement 900 élèves qui fréquentent les lycées professionnels du département, l’issue semble évidente », estime Céline Fray qui représente le syndicat pour les lycées professionnels, lycées et collèges « Les premières conséquences seront la fermeture d’une section au lycée Jean Monnet, et des suppressions de postes à Espaly ».

 

 

 

Retour
Soumettre votre annonce >>
bon coin
Vends table ping pong
A vendre table de ping ping excellent état 90 €
Divers

Tout le bon coin [+]