Imprimer cette pageEnvoyer à un ami WIKIOFACEBOOKTECHNORATTIDELICIOUS


15 février

L'enquête de la Banque de France sur l'économie régionale...


La croissance d’activité enregistrée en 2018 dans les entreprises d’Auvergne Rhône-Alpes en décembre 2018 est restée assez satisfaisante, selon une étude réalisée par les succursales de la Banque de France. Les prévisions des entreprises industrielles de la région sont toujours bien orientées avec une nouvelle hausse attendue des chiffres d’affaires…

D’après l’étude réalisée dans les succursales de la Banque de France d’Auvergne Rhône-Alpes en décembre 2018 auprès de 4500 entreprises et établissements de la région, la croissance d’activité enregistrée en 2018 est restée assez satisfaisante. La plupart des secteurs interrogés ont bénéficié d’un courant d’affaires en progression et de marges d’exploitation en amélioration. L’emploi s’est renforcé malgré des tensions récurrentes liées au manque de main-d’œuvre disponible. Les investissements industriels marquent une pause après le rattrapage opéré en 2017. Pour 2019, les anticipations demeurent favorables malgré les incertitudes pesant sur notre économie. Les chefs d’entreprises prévoient une progression des niveaux d’activité qui devrait se traduire par une reprise de l’investissement, et des hausses d’effectifs qui dépendront de la persistance des difficultés de recrutement. Le relatif ralentissement de l’activité en France s’inscrit dans un contexte plus global de détérioration de l’environnement international, sur fond de tensions commerciales croissantes, de vulnérabilité des économies émergentes. Ainsi après une nette embellie en 2017, l’activité économique a marqué le pas au tournant de l’année 2018 avec une croissance du PIB qui s’est établie à +1,5% seulement en valeur annuelle (+2,3% en 2017).

 L’année 2018 dans notre région :

L’activité des entreprises industrielles -mesurée par l’évolution des chiffres d’affaires- poursuit sa progression en 2018 (+3,2%) à un rythme toutefois inférieur à une année 2017 exceptionnellement favorable (+5,1%). L’export ralentit également (+2,7% vs +5,9% en 2017) mais il demeure un relais de croissance important dans notre tissu économique. Le secteur des autres produits industriels, qui représente plus de 60 % des effectifs industriels enquêtés, continue d’enregistrer la plus forte hausse d’activité (+3,5%) portée notamment par le dynamisme de l’industrie pharmaceutique (+5,9%) et de la fabrication de produits métalliques (+4,2%). A contrario, l’industrie agroalimentaire (+2,7%), les équipements électriques et électroniques (+2,9%) et la fabrication de matériels de transport (+2,4%) se tassent légèrement par rapport à l’année précédente et affichent un taux de croissance, encore soutenu, mais plus faible que la moyenne des secteurs industriels.

L’activité dans les services marchands conserve un rythme de croissance satisfaisant (+4,4%) malgré un fléchissement par rapport à 2017 (+5,7%). En même temps que le segment de l’informatique continue à afficher une nette progression (+8,6% vs +6,7% un an plus tôt), l’ingénierie technique dégage une croissance très honorable (+4,9%) après une année 2017 particulièrement porteuse (+8,2%). Par ailleurs, le transport et entreposage et l’hébergement-restauration enregistrent des courants d’affaires intéressants (respectivement +4,4% et +2,8%) en dépit des perturbations liées aux mouvements sociaux du printemps et de la fin d’année.

Le secteur de la construction confirme une bonne orientation (+4,0%) après son accélération notable en 2017. Les secteurs du bâtiment (+3,9%) et des travaux publics (+4,1%) ont bénéficié d’une dynamique de croissance assez proche. Dans le détail, le gros œuvre (+4,6%) ont profité de mises en chantier de locaux en hausse dans la région pendant que le second œuvre maintient un rythme favorable avec +3,6%.

Dans ce contexte, les entreprises de la région enregistrent des rentabilités d’exploitation globalement positives. Comme attendu, l’emploi s’est accru malgré les problématiques de recrutements qui persistent dans de nombreux secteurs. Après un coup d’accélérateur en 2017, l’investissement industriel se stabilise en 2018 du fait du ralentissement de l’activité et de carnets plus étroits qui incitent les chefs d’entreprises à la prudence malgré des conditions de financement très accommodantes. Au-delà des facteurs internationaux, l’économie française reste handicapée par des faiblesses structurelles propres, en particulier une dette publique élevée  et une compétitivité perfectible. La croissance du PIB demeurerait à +1,5% en 2019, tandis que l’inflation fléchirait à +1,6%. Le taux de chômage poursuivrait sa décrue, passant de 9,4% en 2017 à 9,1% en moyenne sur 2018 et 8,9% en 2019.

Les prévisions 2019 dans notre région :

Les prévisions des entreprises industrielles de la région sont toujours bien orientées avec une nouvelle hausse attendue des chiffres d’affaires (+3,5%). Si la branche des équipements électriques et électroniques est la plus prometteuse avec +4,3%, les industries agroalimentaires devraient consolider leur progression d’activité autour de +3,0%, tout comme la fabrication des autres produits industriels (+3,7%). Seule la filière fabrication de matériels de transport pourrait ralentir plus fortement (+1,8%). Les débouchés à l’export devraient également continuer de progresser (+4,4%).

Les courants d’affaires attendus dans les services restent favorables, bien que légèrement en-dessous de l’année 2018 (+3,8%). Ainsi, le secteur des activités informatiques, très dynamique dans la région, continue de progresser sensiblement (+7,3%), tout comme dans l’ingénierie technique avec une hausse attendue de 5.8%. A l’inverse, le transport logistique (+2,9%) et les activités de nettoyage (+1,3%) ralentissent. L’activité dans l’hébergement-restauration pourrait s’intensifier à +3,6%.

Les perspectives s’assombrissent dans le secteur de la construction (+2,4%). Les prévisions d’activité dans le bâtiment se contractent assez nettement dans le gros œuvre (+1,7%), et de manière plus mesurée dans le second œuvre (+2,6%). Les chefs d’entreprises des travaux publics anticipent un ralentissement d’activité plus modéré de +2,9%.

L’année 2019 devrait rester porteuse en matière d’emplois. Cependant, les renforts d’effectifs envisagés dans les principaux secteurs seraient plus limités : +1,4% dans l’industrie, +2,9% dans les services et +1,0% dans la construction. Le bon courant d’affaires attendu ainsi que la transformation du CICE en baisse de charges pérennes permettrait aux entreprises d’améliorer leurs marges d’exploitation. Les investissements corporels industriels rebondiraient en 2019 avec des budgets en hausse de +12,1%. Dans le détail, les filières des matériels de transport, du caoutchouc-plastique, de l’industrie pharmaceutique, du textile et de l’imprimerie devraient accroître le plus significativement leurs programmes d’investissement. Ces derniers seraient toutefois davantage orientés vers le renouvellement de matériels que vers l’augmentation des capacités de production.

Retour
Soumettre votre annonce >>
bon coin
Appartement à louer
Loue appartement LE CLOS DE CORSAC f3 Libre.Cuisine équipée
Locations / Ventes

Tout le bon coin [+]