Imprimer cette pageEnvoyer à un ami WIKIOFACEBOOKTECHNORATTIDELICIOUS


11 décembre

L'invité du week-end : Patrick Sireyjol prêt pour l'Africa Race...


Patrick Sireyjol est notre invité ce week-end, le motard du Puy-en-Velay fait une infidélité au Dakar cette année pour se lancer dans l'aventure de " l'Africa Race " qui partira le 27 décembre de Narbonne. Il sera au volant d’un nouveau Buggy mis à sa disposition par Cummins. Patrick a plusieurs cordes à son arc, puisqu’il travaille aujourd’hui pour la SFP et Visual TV. Nous l’avons rencontré cette semaine, et lui avons posé quelques questions…

 

Haute-Loire Infos : Après 24 participations sur le Paris-Dakar, vous remettez ça cette année mais dans une autre épreuve. Pourquoi ce choix, dans quelles conditions, et avec quel engin ? 

 

Patrick Sireyjol : " L'Africa Race " est une épreuve qui partira de Narbonne et qui nous emmènera jusquà Dakar. J'ai décidé d'y participer car je dispose d'une nouvelle voiture que je veux tester sur le terrain. Ce rallye va me permettre de m'adapter à celle-ci, afin d'être prêt pour la coupe du monde. On va traverser le Maroc, la Mauritanie et le Sénégal. Le chassis du bolide que je vais conduire est fabriqué aux Etats-Unis, la base est la même que la voiture de Jean-Louis Schlesser, avec une motorisation Chevrolet qui fait 400 CV, deux roues motrices, avec des suspensions de 75 cm de débattement, c'est un bolide de 400 000 euros capable de gagner un rallye. J'ai pour objectif en 2011 de disputer le titre de champion du monde de rallye-raid en deux roues motrices. J'ai eu pas mal d'aventures en moto, aujourd'hui Cummins France me donne les moyens d'accéder à l'élite au niveau des rallyes-raids, je vais avoir la chance de pouvoir m'exprimer avec ce matériel, et je compte bien ne pas les décevoir.

 

Haute-Loire Infos : Entre deux courses, vous travaillez pour la SFP ou Visual TV, que vous apporte cette nouvelle activité, et quelles sont les règles que vous devez respecter ?

 

Patrick Sireyjol : Ca me permet de voyager énormément, et qui plus est dans le milieu sportif, puisque je me retrouve au coeur de manifestations comme le Tour de France, les Jeux Olympiques, je vais partir après le Dakar sur le Rallye de Monte-Carlo, m'occuper des voitures de course, je suis au contact de sportifs de haut-niveau, et ça me plait. Je dois bien sûr répondre à des obligations, il faut être bien placé quand on est par exemple sur une étape du Tour de France, l'organisation nous freine un peu dans notre élan, et des réalisateurs qui vous demandent d'être au contact des coureurs, des fois on se retrouve dans des situations un peu périlleuses, mais ça fait parti du boulot. On a des motos équipées avec des émetteurs, des récepteurs qui sont assez lourds, avec un caméraman qui est souvent debout, donc parfois c'est un peu chaud ! On est très peu en France à satisfaire une réalisation comme celle du Tour de France, tant mieux pour moi, ça me permet d'accéder à des moments très particuliers. Si je ne m'étais pas illustrer sur le Dakar, je n'aurai pas fais connaissance avec les personnes qui m'ont ouvert des portes dans ce milieu là.

 

Haute-Loire Infos : Il y a-t-il d’autres propositions qui vous ont été faites, avez-vous d’autres projets ?

 

Patrick Sireyjol : On m'a proposé pas plus tard que cette semaine de travailler pour le Tour du Quatar au mois de février, j'ai bien sûr répondu présent, je suis intermittent dans ce milieu, je prends en fonction de l'offre et de la demande.

 

Haute-Loire Infos : Quelle est votre philosophie de la vie, quelle est votre devise ?

 

Patrick Sireyjol : Je vais arrivé à 50 ans, aujourd'hui je me fais plaisir, j'ai connu des moments de galère, donc maintenant c'est que du bonheur ! Quand on est motivé et lorsque l'on croit à quelque chose, il faut aller jusqu'au bout, même s'il faut payer un peu de sa personne, aussi bien financièrement que personnellement, mais à la sortie ça vaut le coup !

 

   

Retour