Imprimer cette pageEnvoyer à un ami WIKIOFACEBOOKTECHNORATTIDELICIOUS


1er décembre

Laurent Duplomb : " On est un peu pris pour des demeurés ! "...


En marge de la session de la Chambre d'agriculture de la Haute-Loire, le président Laurent Duplomb nous a accordé un entretien au cours duquel il est revenu sur des dossiers d'actualité plutôt brûlants comme celui du loup, de la directive nitrates, et de la production du lait. Il nous a livré son sentiment sur l'état de santé de l'agriculture en Haute-Loire, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il ne mâche pas ses mots...

Haute-Loire Infos : Vous avez suivi de près le dossier " Loup " en Haute-Loire. Avez-vous l'impression que les agriculteurs ne sont pas pris au sérieux, et qu'ils sont mis de côté ?

Laurent Duplomb : On est un peu pris pour des démeurés !. On a appris qu'un cas avéré au mois de mai, et dont personne ne connaissait l'existence, même pas le préfet, était indemnisé sur le Plan loup. On serait en fait à deux attaques sur le département de la Haute-Loire. Si l'administration se borne a faire des choses comme ça, on va entrer dans une situation diificile à gérer. Ce sont des choses inadmissibles et intolérables. Au champ de mars, j'ai croisé la semaine dernière des gens atterés. Des personnes qui sont dans des situations psychologiques très très compliquées, et qui n'ont comme seule échappatoire que d'arrêter le métier, et à vendre leurs moutons.

Haute-Loire Infos : Autre dossier d'actualité, la directive nitrates. Vous y êtes toujours opposé ?

Laurent Duplomb : Oui, car là aussi, on est sur un système où on a fait des analyses qui sont pour la plupart erronées. On voudrait condamner l'agriculture par rapport à la pollution aux nitrates. Certes, nous ne disons pas que l'agriculture ne pollue pas sur les nitrates, mais pas en Haute-Loire. La Chambre d'agriculture a diligenté des analyses sur différents les cours d'eau qui déclenchaient le principe de classement sur les zones vulnérables,  on est tout a fait capable de prouver que ce n'est pas l'agriculture qui a un impact polluant sur les nitrates, et qu'au contraire, il y a des stations d'épuration qui disfonctionnent, des entreprises qui ont fait tout le nécessaire pour traiter leur effluents, mais qui n'arrivent pas à le faire covenablement, et qui rejetent des nitrates dans les ruisseaux, ou tout simplement parce que l'on a des ruisseaux qui n'ont pas un très gros débit, avec des milieux récepteurs trop faibles, et qui conservent une teneur en nitrates relativement importante. Nous ne voulons pas être les dindons de la farce, ce n'est pas à nous de payer l'addition, donc en aucun cas nous accepterons les 32 nouvelles communes en classement en zone vulnérable. Pour donner un exemple, nous avons le cas de la commune de Blanzac où l'administration nous incite à être classé en zone vulnérable pour les pollutions d'origine agricole, alors qu'elle écrit dans son rapport de classement que les pollutions ne sont pas d'origine agricole ! On est vraiment sur quelque chose qui ne tient pas debout, et qui a véritablement été monté avec beaucoup d'amateurisme, et qui, en plus de celà, scientifiquement, n'est pas du tout démontré.

Haute-loire Infos : Parrallèlement à ces dossiers, quel est l'état de santé de l'agriculture aujourd'hui ?

Laurent Duplomb : L'état de santé est plutôt morose ! Ce qui nous est annoncé pour l'année 2015 n'est pas très favorable sur le prix du lait. L'embargo Russe nous coûte, même si le pouvoir politique nous dit que ça n'aurait pas du avoir d'incidences sur l'économie, c'est faux ! Moi je suis administrateur et membre du bureau de Sodiaal, je peux dire très clairement que l'embargo Russe coûte à la coopérative Sodiaal qui collecte 60% du lait sur la Haute-Loire, près de 10 millions d'euros par mois, c'est quelque chose de colossal. 2014 a été une année plutôt favorable à la production laitière, mais il y a eu une diminution de la consommation liée à la situation économique de notre pays. Ajouté à l'embargo Russe, ça va donner un mélange vraiment détonant, qui va faire baisser de façon relativement importante le prix du lait en 2015. Il faut que l'embargo s'arrête le plus tôt possible, de façon à ce que le marché reparte, que les cotations remontent, et qu'on ait pas une aspiration sur le prix du lait qui soit catastrophique, et qui aurait des conséquences effroyables sur le département de la Haute-Loire.

Haute-Loire Infos : Parlez-nous enfin de la convention " alerte agri 43 " signée avec la gendarmerie :

Laurent Duplomb : C'est tout simple. On se rend compte aujourd'hui qu'il y a une multitude de cambriolages, pas simplement au niveau des maisons d'habitation, mais aussi sur les exploitations agricoles. On vole du petit matériel, du gazoile, et même des tracteurs dans certains départements. L'idée est donc d'avoir une convention qui nous assure une surveillance du territoire. Des alertes SMS seront adressées aux agriculteurs qui se trouvent sur une zone où il a été constaté, soit par la gendarmerie, soit par un agriculteur, la présence de phénomènes un peu particuliers, ou des vols commis.

Retour
Soumettre votre annonce >>
bon coin
Vends cocotte minute
1cocotte minute 3 litres 20 € - 1cocotte minute 10 litres 20 €
Divers

Tout le bon coin [+]