Imprimer cette pageEnvoyer à un ami WIKIOFACEBOOKTECHNORATTIDELICIOUS


12 avril

Michelin : Toujours des tensions à Blavozy…


Les responsables syndicaux de la CGT de l’usine Michelin de Blavozy ont tenu une conférence de presse jeudi pour dénoncer des mesures de chômage partiel liées à une baisse d’activité imposée, la pression infligée aux salariés. Ils en ont profité pour préciser qu'ils ne voulaientt pas de flexibilité sur leur temps de travail…

 

« Les chiffres des bénéfices pour l'année 2012 sont encore excellents chez Michelin. Le manufacturier de pneus investit sur d'autres continents : USA, Inde, et développe ses capacités de production hors France, mais une nouvelle fois, les salariés sont mis devant le fait accompli par une direction qui joue un drôle de jeu, et dont la pertinence à gérer notre usine se pose avec force », ont expliqué les responsables syndicaux de l’usine de Blavozy, lors de l’entretien qu’ils ont eu jeudi après-midi avec la presse locale. Selon eux, la direction préfère ne pas conclure une convention d’Activité Partielle Longue Durée (APLD) avec les pouvoirs publics vis-à-vis, disent-ils, de la baisse volontaire et programmée d'activité « Des programmations de jours de chômage sont effectuées, puis c'est un retour en arrière, les journées deviennent finalement à nouveau travaillées. Il n’y a aucune vision sérieuse sur l'activité ». Ils ont expliqué que le service expédition vivait au jour le jour faute de perspectives sérieuses, et que l’activité était au « summum »  dans les ateliers de fabrication « Les opérateurs sont sous pression constante de toujours plus de production, plus de productivité, tous les moyens sont employés et même les moins louables. On est revenu au temps de garde chiourmes ! ».

 

La flexibilité ne passe pas à l’usine de Blavozy…

 

La CGT estime que la direction du site de Blavozy utilise tous les moyens pour tenter d'arracher une signature des syndicats pour augmenter la flexibilité des travailleurs et travailleuses. Elle parle d’intimidation, de diffamation, de division du personnel à partir d'information fausses, de spoliation du droit d'information, de rumeurs…Elle voit comme unique solution dans cette affaire, la conclusion d'une convention APLD afin que les salariés soient pénalisés à minima par cette baisse d'activité qui leur est imposée « Le directeur du site dans des réunions très ciblées fait état de baisse forte pour les mois de mai et juin, donc il a connaissance de la situation. La CGT ne cautionnera pas la mise en place d'une nouvelle forme de flexibilité et rappelle que déjà en décembre 2012, cette direction a volontairement amputé le salaire des salariés en faisant perdre la part de % lié au critère production vis à vis de l’intéressement collectif ». Il faut rappeler que la CGT et FO avaient donné un avis négatif en CE aux mesures présentées par la direction de baisse d'activité et de chômage rémunéré à 60 % du salaire brut. Seuls les représentants du collège cadre, maitrise, technicien avaient voté pour ces mesures. La CGT demande que si des baisses d'activité sont inéluctables, soient mises en place des actions de formation visant à permettre à l'ensemble des salariés de pouvoir développer leurs compétences, leurs qualifications. Ils demandent à ce que soit lissée l'activité sur la période de baisse de production en maintenant l'ensemble des salariés sur les postes de travail, de maintenir également les salaires en mettant à contribution les principaux actionnaires, et en dernier ressort de conclure une convention APLD avec les pouvoirs publics, afin de limiter la perte de salaire. Elle réclame enfin la mise en place d’un plan de retraites anticipées pour prendre en compte la pénibilité en finançant totalement ce plan de départs.

 

 

Retour
Soumettre votre annonce >>
bon coin
Vends 807 modèle Norwest (2,2l HDI 130ch)
Diesel, année 2005, 130000kms, très bon état Nombreuses options, 4 pneus neige, 9980€ à débattre
Voitures

Tout le bon coin [+]